Déroulement de la journée de grève du 16 février

Mis à jour le 14 février 2017

Jeudi 16 février 2017 : Journée de grève pour le Rendez-vous national de la main d’oeuvre à Québec / Déroulement de la journée

À l’attention de tous et toutes les étudiants-es en arts, membres de l’AFÉA,

Pour consulter la résolution visant le déclenchement de cette grève:
http://www.afea.uqam.ca/2017/02/journee-de-greve-le-16-fevrier-2017/

Pour en savoir davantage sur le Rendez-vous national de la main d’oeuvre:
http://www.afea.uqam.ca/2017/01/rendez-vous-national-de-la-main-doeuvre/


LEVÉES DE COURS
Vous êtes conviés-es à vous présenter au local de l’AFÉA (J-M880) aux heures suivantes, et ce, afin de prendre part aux levées de cours qui surviendront tout au long de la journée: 8h45 – 13h30 – 17h30

Du café et des viennoiseries vous seront (gratuitement) offerts!


INFO DIRECTION
Nous désirons commenter la communication « INFO DIRECTION » que vous avez reçue le 13 février par courriel de la part de André Dorion, vice-recteur aux ressources humaines, à l’administration et aux finances au sujet de la journée de grève du 16 février. Il ne fait aucun doute que cette communication reflète la pensée et la position de la direction de l’UQAM quant aux motifs qui ont conduit l’AFÉA à déclencher une journée de grève pour le Rendez-vous national de la main d’oeuvre et c’est donc à leur attention, dans l’ensemble et non seulement à M. Dorion, que nous émettons ce qui suit.

En premier lieu, il est absolument regrettable que la direction UQAM ait recours à des courriels « ciblés » pour tenter de décrédibiliser cette journée de grève (ainsi que notre association) en laissant croire que l’AFÉA sera la seule association en grève le 16 février prochain. En effet, seule l’AFÉA est mentionnée dans l’INFO DIRECTION alors que l’ADEESE (facultaire en éducation), l’AFELC (facultaire en langues et communication) et l’AFESH (facultaire en sciences humaines) seront elles aussi en grève, ce qui constitue donc une majorité des facultés de notre université.

Par « ciblés », nous entendons que le communiqué en question ne fait mention que de l’association facultaire concernée, à savoir celle à laquelle le ou la destinataire est membre. L’absence du terme « grève » est également digne de mention, le tout s’inscrivant clairement dans une négation de la volonté des membres des différentes associations de recourir à un tel moyen d’actions pour se faire entendre.

En second lieu, bien que cela n’a rien de surprenant hélas, la direction de l’UQAM se révèle de nouveau complice de l’immobilisme, de l’aveuglement volontaire et demeure au surplus déconnectée des aspirations et de la volonté d’un bassin important d’étudiants-es de notre université. Pourtant, les enjeux qui seront abordés lors du Rendez-vous national de la main d’oeuvre auront un impact significatif sur le développement de nos institutions d’enseignement: l’arrimage de plus en plus marqué de l’enseignement et de la recherche à des intérêts économiques extrinsèques au savoir et à la liberté académique à certainement de quoi inquiéter. Que dire également de la hausse du salaire minimum à 15$/heure réclamée par plusieurs regroupements ainsi que de la rémunération des stages? Ces mesures augmenteraient pourtant significativement les conditions d’études et de vie des étudiants-es de l’UQAM, mais à cela, la direction préfère clamer que tout se déroulera comme à l’accoutumé le 16 février prochain, comme si de rien n’était. Or, les mandats votés par les associations étudiantes seront bel et bien mis en oeuvre.

Les enjeux sont de taille, mais plus encore, il en va de notre souveraineté, du respect de notre droit d’association et de notre liberté d’expression. Ainsi, le 16 février, toutes les activités académiques des facultés concernées seront levées qu’importe la tentative, au bas mot, de semer la confusion de la part de la direction de notre université.


NE PAS EFFECTUER NI REMETTRE UN TRAVAIL OU PARTICIPER À UNE ÉVALUATION ACADÉMIQUE ET NE PAS SE PRÉSENTER EN CLASSE
Suivant la décision rendue aujourd’hui en Assemblée générale de l’AFÉA, toutes les étudiantes et tous les étudiants de la Faculté des arts de l’UQAM seront en grève pour toute la journée du 16 février afin de prendre part aux actions de perturbation (manifestation + rassemblement) qui surviendront à Québec cette même journée dans le cadre du Rendez-vous national de la main d’oeuvre (http://www.afea.uqam.ca/2017/01/rendez-vous-national-de-la-main-doeuvre/)

En tout respect de la décision rendue, ci-dessus, au terme de l’exercice démocratique que fut l’Assemblée générale du 9 février 2017 et afin d’éviter que l’un-­e d’entre nous puisse être pénalisé­-e par le tenue d’un cours, la remise d’un travail ou le maintien d’une évaluation malgré la grève, vous ne devez pas vous présenter à vos cours, remettre des travaux ou participer à des évaluations lors d’une journée de grève.

Si un­-e de vos enseignants-­es prévoit un cours, maintient une évaluation ou la remise d’un travail, prévenez-­nous de cette situation sans tarder à afea@uqam.ca en précisant l’activité en question, l’heure à laquelle elle doit avoir lieu et son emplacement (local).

Toutes les plages horaires (matin, après-midi et soir) sont visées et toutes les activités académiques (aucune exemption n’a été déterminée) seront levées.


QUÉBEC
Nous nous dirigerons vers Québec, là où prendra place le Rendez-vous national de la main d’oeuvre. Le transport en autobus est prévu (gratuit).

Départ de Montréal à 10h00 depuis le Parc Émilie-Gamelin. Retour vers Montréal vers la fin de l’après-midi (à déterminer).

Manifestations prévues à Québec:
Comités unitaires sur le travail étudiant (CUTE):
https://www.facebook.com/events/396780237340198/

Front régional de l’ASSÉ à Québec (FRAQ):
https://www.facebook.com/events/1883360661898457/