Rapport d’instances

Cette publication vise à faire état des discussions et des décisions qui ont été rendues lors de diverses instances où ont pris part des délégués-es de l’AFÉA.

Hiver 2016: première publication.
Une autre publication surviendra prochainement.

Table des matières :
(1) Bilan de la rencontre interfac du lundi 22 février 2016
(2) Comité de travail sur la bonification de l’offre de service en soutien psychologique des SVE – Hiver 2016
(3) Comité de reconnaissance des groupes étudiants –
    automne 2015-hiver 2016
(4) Compte-rendu Interfac 11 Janvier 2016
(5) Conseil académique de la Faculté des arts (CAFA)
(6) CRAIES (Campagne de revendications et d’actions interuniversitaires pour les étudiants et étudiantes d’éducation en stage)
(7) Conseil régional de l’ASSÉ à Montréal (CRAM)
(8) Congrès de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ)

———————————-

(1) Bilan de la rencontre interfac du lundi 22 février 2016

[Qu’est-ce que l’interfac? L’interfacultaire (interfac) est une table de concertation où siègent des délégués-es étudiants-es de chacune des associations facultaires. Les deux étudiant-e délégué-e au Conseil d’administration de l’UQAM y prennent également part.]

L’ordre du jour:
1.    Montréal-Campus
2.    CA
3.    Grève/SÉTUE
4.    CVE
5.    Accès 24h

1. Montréal-Campus
Quelqu’un du Montréal-Campus était présent afin de présenter ce point. La raison: l’équipe du journal souhaite former un groupe d’envergure et ainsi obtenir une cotisation annuelle non obligatoire (CANO) de 3$ par année par étudiants-es de l’UQAM (soit 1$ par session, en incluant la session d’été), ce qui assurerait à l’équipe un revenu annuel variant dans les 90 000 à 100 000$.

Cependant, pour ce faire, Montréal-Campus requiert l’accord de toutes les associations facultaires, d’où la raison de cette rencontre.

La personne invitée a expliqué que ce montant permettrait à Montréal-Campus de bénéficier d’une meilleure constance dans l’équipe, car les personnes y occupant un poste pourraient y rester même à la fin de leurs études, puisqu’elles auraient un avantage financier qui en découlerait. De plus, cet argent servirait au développement de l’utilisation de nouvelles technologies de l’information, à payer les frais de demandes d’accès à l’information, et surtout, dans le but d’assurer l’existence du Montréal-Campus.

Une lettre expliquant ce qui précède a été déposée à chaque association facultaire (disponible sur demande). Des personnes du journal sont également prêtes à répondre aux questions des associations et disponibles pour se présenter dans les assemblées générales.

2. Conseil d’administration (CA) de l’UQAM
La prochaine rencontre du CA aura lieu le mardi 23 février. Selon des personnes présentes, il y aurait peu de choses notables à en dire. Ces personnes prévoient que lors du CA il pourrait y avoir des questions au regard de la situation actuelle du SPUQ (syndicat des professeurs-es), sur le désir de l’ESG (École des sciences de la gestion) de se séparer de l’UQAM et une exécutante qui y sera présente continuera à exercer de la pression sur le recteur Robert Proulx concernant également la situation du SÉtuE (syndicat des étudiants-es employés-es).

3. Grève/SÉtuE
Jasmin Cormier-Labrecque, exécutant, était présent pour nous parler du SÉtuE. Il y a une assemblée publique de prévue le 10 mars et le 15 mars marquera leur 100e journée de grève. Celui-ci nous appelle à voter des journées de grève à l’occasion de ces deux journées. Aussi, il y aura des actions auront lieu le 24 février en collaboration avec le syndicat des étudiants-es salariés-es de l’UdeM (SESUM).

Plusieurs associations préparent des journées de mobilisation en appui au SÉtuE. L’ADESSE (association facultaire des sciences de l’éducation) tient une AG de grève le 10 mars. L’AESS (association facultaire des sciences) dit qu’ils prévoient peut-être une AG le 7 mars, en vue d’une journée de grève le 10 mars. Ils sont présentement en train de composer un recueil de témoignages de membres ayant observé les impacts de la grève du SÉtuE sur leurs études. L’ABICEP (association des baccalauréats interdisciplinaires des champs d’études politiques) et l’AECSSP (association des cycles supérieurs en science politique) tiennent toutes deux une AG le 24 février, avec un point de grève à l’ordre du jour. Pour l’AéESG, ce ne serait pas un enjeu et l’AFELC (association facultaire des langues et communication) dit avoir du mal à mobiliser ses membres.

4. Comité de la vie étudiante (CVE)

[Qu’est-ce que le CVE? http://www.instances.uqam.ca/ReglementsPolitiquesDocuments/Documents/REGLEMENT_NO_2.pdf, page 18]

Au dernier CVE des exécutants-es auraient tenté d’ajouter un point « Recommandation de modifications réglementaires à la politique disciplinaire », ce qui a causé le départ à cette réunion de l’ADEESE, de l’AFESH (association facultaire des sciences humaines), de l’AFÉA et de l’AESS, ce qui a eu pour conséquence la perte du quorum. Suite à cela ces mêmes associations ont décidé de boycotter le CVE jusqu’à ce que le point soit ajouté à l’ordre du jour. N’étant pas présentes, elles empêchent que le quorum soit atteint et donc la paralysie du CVE.

Les délégués-es de l’AéESG s’opposent au boycottage parce qu’illes pensent que de ne pas se présenter ne fait que nous retirer du poids et que le CA va simplement finir par faire ce qu’il veut.

5. Accès 24h
Le dernier bed-in semblerait avoir eu des conséquences positives selon certains. La proposition que l’on retrouve « l’accès 24h » tel que nous avions il y a près d’un an a été déposée et adoptée à l’unanimité lors du CVE de janvier. Nous sommes présentement en attente d’une approbation du vice-recteur René Côté. Il serait néanmoins préférable de maintenir la pression tant et aussi longtemps que ce n’est pas officialisé. Des associations ont lancé l’idée de refaire un bed-in, mais personne n’en a fait une proposition officielle.

———————————-

(2) Comité de travail sur la bonification de l’offre de service en soutien psychologique des SVE – Hiver 2016

[Qu’est-ce que le CVE? http://www.instances.uqam.ca/ReglementsPolitiquesDocuments/Documents/REGLEMENT_NO_2.pdf, page 18]

Suivant la résolution du Comité à la vie étudiante (CVE) du 7 novembre 2014, visant à ajouter aux services de soutien psychologique (aide psychologique ponctuelle de 3 rendez-vous) un volet de suivi psychologique de plus longue durée, un comité a été formé pour étudier cette possibilité.

Lors de la première rencontre, le projet a été présenté prenant notamment en compte les réalités uqamiennes et l’augmentation de la demande en matière de suivi psychologique, dont la ratio par personne est élevé parmi le corps étudiant. Nous avons reçu les différents scénarios budgétaires en émettant des commentaires et des suggestions pour rejoindre au maximum une accessibilité financière pour toutes et tous, tout en prenant connaissance des réalités physiques et financières de la création et de l’implantation d’un tel service.

Lors de la seconde rencontre, le 29 janvier, et suite aux commentaires du corps étudiant, de nouvelles propositions budgétaires ont été soumises au comité, qui ont été de nouveau discutées. Il a finalement été décidé de proposer au CVE de mettre en place une consultation à la communauté pour déterminer le modèle privilégié par la communauté uqamienne.

Nous attendons que la proposition soit déposée lors d’une prochaine rencontre du CVE.

———————————-

(3) Comité de reconnaissance des groupes étudiants – automne 2015-hiver 2016

La première rencontre a eu lieu le 3 décembre pour traiter des demandes de renouvellement de reconnaissance des groupes étudiants et des groupes parapluies. Aucun problème n’a été soulevé. Malheureusement les nouvelles demandes de reconnaissance doivent être mises en attente, faute de budget supplémentaire disponible, l’entièreté du budget actuel, couvrant déjà les renouvellements.

La seconde rencontre a eu lieu le 16 février pour se pencher sur les demandes de candidatures à la reconnaissance et de renouvellement des groupes d’envergure. Ainsi que pour des entrevues demandées entre des groupes et le comité. Des discussions ont lieu avec les groupes sur des litiges, ainsi que sur des éclaircissements quant aux nouvelles politiques entourant l’officialisation des budgets et des états financiers.

———————————-

(4) Compte-rendu Interfac 11 Janvier 2016

[Qu’est-ce que l’interfac? L’interfacultaire (interfac) est une table de concertation où siègent des délégués-es étudiants-es de chacune des associations facultaires. Les deux étudiant-e délégué-e au Conseil d’administration de l’UQAM y prennent également part.]

Les points suivants ont été abordés:
Comité disciplinaire,
Plan stratégique,
Accès 24h,
Fermeture de la bibliothèque le dimanche,
Le fsm 2016 et
Fonds de solidarité du SÉtuE.

Deux exécutantes de l’ADESSE (association facultaire des sciences de l’éducatio) ont été nommées pour siéger en tant que substituts sur le comité disciplinaire. Deux étudiants-es siégeant sur le CVE (Comité de la vie étudiante) nous ont parlé des discussions entourant le Plan stratégique de l’UQAM. Les associations étudiantes se sont entendues pour souligner la rareté de références entourant le savoir et la recherche. L’AFEA a questionné la nature du financement et les moyens entendus pour « Renforcer le sentiment de mieux-être et de sécurité sur le campus ». Les associations présentes ont choisi de joindre la perte des accès 24h et la fermeture de la bibliothèque le dimanche sous un même thème, pour une action, soi « L’accessibilité à l’éducation ». Les associations étudiantes ont choisi le 27 janvier 2016 comme journée pour une action ‘’Bed-in’’. L’AFELC (association facultaire des langues et communication) tentera  aussi d’amasser le maximum de signatures contre la fermeture des bibliothèques. Lors de la rencontre, quelques associations étudiantes avaient été sollicitées par le FSM (forum social mondial) mais il nous manquait trop d’informations pour en discuter plus longuement. L’AFELC s’est portée volontaire pour demander de plus amples informations aux organisateurs-trices. Pour ce qui attrait au point SÉtuE, les associations étudiantes présentes ont statué que des membres du SÉtuE devraient se présenter en assemblée des diverses associations pour expliquer leur situation précaire.

———————————-

(5) Conseil académique de la Faculté des arts (CAFA)

[Qu’est-ce que le Conseil académique de la Faculté des arts? http://arts.uqam.ca/faculte/comites.html#conseil-académique-de-la-faculté-des-arts-cafa]

Lors des deux dernières rencontres du Conseil académique de la Faculté des arts (CAFA), voici les principaux points de discussion. Le Comité exécutif de l’AFÉA aimerait également faire part de sa grande déception face à l’annulation de deux CAFA cette session-ci. Le motif étant qu’il n’y avait aucun point décisionnel à traiter, en tant qu’étudiant et étudiante, nous croyons qu’il y a toujours des points dont nous pouvons aborder lors de ces réunions, qu’ils soient décisionnels ou non, et qu’il serait important de pouvoir en discuter.

Lors du CAFA du 22 janvier dernier le recteur est venu faire une allocution devant les directeurs et directrices de programme qui étaient exceptionnellement invités-es à prendre part à celui-ci. Encore une fois, le Comité exécutif de l’AFÉA déplore le fait que cette allocution du recteur à notre faculté n’ait pas été ouverte à tous-tes les étudiants-es de la faculté.

Il a entre autres été question de la grève du SÉtuE, ce envers quoi le recteur a affirmé qu’il comprenait très bien la situation et les difficultés avec lesquelles les professeurs-es devaient jongler. Il a également mentionné que la direction avait « mis le paquet » lors des discussions avec le SÉtuE. Il a aussi dit qu’il souhaitait régler le problème rapidement.

Ensuite, il a été question de la situation financière de l’université. Le recteur a mentionné que la période difficile était derrière nous et que nous n’avions pas aggravé le déficit de l’université. Par ailleurs, il a mentionné que dû aux coupures faites, l’UQAM avait été capable d’aller chercher 18 millions de dollars. À cette date, il restait à l’UQAM un montant de 12.5 millions de déficit à combler. Il mentionne également que l’UQAM fera la demande au gouvernement de faire un déficit cette année sans que leur entente avec ce dernier ne soit touchée, car normalement, si l’UQAM adopte un budget déficitaire, le gouvernement devrait couper 25 millions en subventions. Le recteur a également mentionné que ce n’était pas une situation propre à l’UQAM et que la plupart des université vivait le même problème dû aux coupures faites dans les budgets des universités depuis 2012.

Puis, il a été question du plan stratégique de l’UQAM qui a été adopté au Conseil d’administration de l’UQAM sous 4 orientations, soit:

–    l’actualisation de ses façons de faire en fonctions des besoins de la société ;
–    la gouvernance, gestion de l’université ;
–    créer un milieu de vie stimulant ;
–    rayonnement de l’université.

Pour la suite, le recteur a quitté et il a été question des points à l’ordre du jour du CAFA.

Le doyen de la faculté nous a annoncé qu’il n’avait pas réussi à trouver une candidature pour le poste de vice-doyen-ne aux études pour la session d’hiver et qu’il continuait à chercher pour l’automne 2016. Entre temps, le doyen continuera de combler les deux postes tant bien que mal, il nous dit être en retard sur plusieurs dossiers et n’être en mesure que de gérer les urgences.

Pour ce qui est du poste de vice-doyen-ne à la recherche création, une candidature a été soumise, quoiqu’elle reste anonyme pour l’instant, elle sera traitée dans un CAFA ultérieur.

Il nous annonce également que le moratoire qui avait été mis sur les budgets supplémentaires à la recherche création est maintenant levé, car la faculté n’a plus besoin du fond d’urgence.

Nous avons ensuite discuté du congrès de l’ACFAS. Lors de ce congrès, les frais d’inscription des doctorants-es participants-es sont automatiquement défrayés par l’université, la partie étudiante demande que ce en soit de même pour les personnes en maitrise qui feront un exposition lors de ce congrès.

Lors de la période d’inscription à l’hiver 2016, la Faculté des arts a enregistré une baisse d’inscription de 9%, soit le nombre le plus élevé de toute l’université. Ce qui fait en sorte que la moyenne cible des groupes classe a été révisée pour permettre à certain programme de survivre. Il y a également eu des coupes dans les charges de cours. La partie étudiante se demande si le fait que l’UQAM ne reçoit plus les paiements par carte de crédit ne serait pas l’une des causes de la baisse d’inscription, étant donné la situation précaire des étudiants-es.

De plus, les trois modifications majeures de programme, soit pour arts plastiques, danse et théâtre ont été adoptée.

Le doyen a mis au clair le règlement concernant les stages en situation d’emploi, dorénavant ils ne seront tolérés que pour le stage 4.

Lors du CAFA du 19 février, le doyen a fait l’annonce que l’ESG voudrait devenir complètement autonome face à l’UQAM. Il y a actuellement médiation entre l’ESG, les doyens-nes et le recteur. Si cela devait se produire, toute la communauté uqamienne serait appelée à voter sur ce dit point et il serait du ressort du gouvernement de décréter si la séparation de l’ESG serait possible.

Le doyen mentionne que le nombre d’étudiants-es inscrits-es pour l’année prochaine devrait rester stable et que donc les charges de cours le seront également.

Le doyen mentionne également que selon lui les portes ouvertes du 9 février se sont bien passées pour la faculté.

Suite à l’adoption d’une modification mineure de programme en musique au COMET (Comité des études de la Faculté des arts, sous-comité du CAFA), les cours d’appoint pour les étudiants-es n’ayant pas réussi l’audition d’entrée au programme de musique ne seront plus disponibles, et ils-elles devront faire des cours d’appoint de leur coté. Le Comité exécutif de l’AFÉA essaiera de mettre au clair ce point, car il semble que la situation n’ait pas été correctement expliquée aux etudiants-es impliqués-es dans cette décision et nous essaierons également de rediscuter de ce point lors d’un CAFA ultérieur.

———————————-

(6) CRAIES (Campagne de revendications et d’actions interuniversitaires pour les étudiants et étudiantes d’éducation en stage)

Lors du dernier congrès de la Campagne de revendications et d’actions interuniversitaires des étudiants-es en éducation en situation de stage (CRAIES), plusieurs points ont été apportés sur la table.

Premièrement, les associations présentes ont décidé que dorénavant les décision prises par la CRAIES devraient être adoptées au 2/3 des voix.

De plus, il a également été question que la CRAIES envoit des délégués-es à la prochaine réunion de la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) pour tenter de recevoir leur appui à notre cause.

La CRAIES a également décidé que les activités communes de visibilité seraient dorénavant à tous les premiers jeudis du mois.

La CRAIES a également adopté un plan d’action qui débutera dès l’automne prochain (qui reste confidentiel pour le moment).

Finalement, la date de publication du site Internet a encore été une fois reportée pour une publication officielle à l’automne 2016.

———————————-

(7) Conseil régional de l’ASSÉ à Montréal (CRAM)

Lors du Conseil régional de l’ASSÉ (Association pour une solidarité syndicale étudiante) à Montréal (CRAM) du 10 février 2016, il était question de modifications à la charte du CRAM suivant le tour de table sur l’état de la mobilisation chez les différentes associations étudiantes. La mobilisation se faisait surtout sur des enjeux locaux, et dans plusieurs cas, elle était difficile dû à la fatigue. Par la suite, il était question des modalités d’acceptation de nouveaux groupes étudiants au sein de cette instance afin qu’ils en deviennent membres. (Le procès-verbal est disponible sur demande; externe.afea@gmail.com)

———————————-

(8) Congrès de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ)

C’est dans un climat tendu que s’est tenu le congrès annuel en date du 20 et 21 février 2016. Le congrès fut en grande partie paralysé par des divergences d’opinions sur certaines problématiques au sein de ASSÉ. Il n’y a donc pu y avoir un débat sur la hausse des cotisations, sur un plan d’action ou encore sur les difficultés connues durant la campagne de GGI (pour l’automne 2015) au cours de la dernière année. Des congrès paralysés veulent aussi dire que l’ASSÉ est paralysée, puisque les congrès sont les lieux où bon nombre de décisions primordiales sont prises. Un congrès d’orientation est donc prévu en octobre 2016.

Il y a deux associations étudiantes qui retiennent leurs cotisations. Le cégep de St-Laurent le fait puisque depuis quelques congrès. Il est question ici que des associations étudiantes ne respectent pas certains des sept principes de base de l’ASSÉ. Très souvent, il s’agit du principe concernant le féminisme au sein des associations membres. Sans oublier que le point femme inscrit aux ordres du jours est souvent mis de côté pour aborder d’autres enjeux. L’AFESH (association facultaire des sciences humaines) proposa que plusieurs associations étudiantes produisent des rapports de leurs pratiques et revendications féministes puis qu’ils soient diffusés dans le courriel interne de l’ASSÉ.

En ce qui concerne le cégep de Marie-Victorin, il est question du manque d’accès aux procès verbaux du conseil de coordination ainsi qu’au cahier comptable. Ne sachant pas où se retrouve l’argent des cotisations ni comment elle est utilisée, le cégep de Marie-Victorin retient donc ses cotisations.

Il est donc possible de dégager les plus gros débats: la hausse des cotisations, les thèmes à aborder pour le congrès d’orientation et que faire avec les associations membres qui ne respectent pas les principes de base de l’ASSÉ.

AFÉA-INFO: Rapport d’instances hiver 2016